F1Forum

Pour discuter de l'actualité et de l'histoire du sport automobile (F1 , WRC , NASCAR , GP2 , LE MANS ...)
 
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 C'était il y a 30 ans jour pour jour...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
BCRE30
Pilote de Clio Cup
avatar

Masculin Nombre de messages : 96
Age : 31
Localisation : Ile de France/Seine et Marne
Emploi/loisirs : étudiant/collection d'automobiles miniatures et de figurines/lecture/jeux vidéos/tennis de table
Humeur : excellente
Points : 3292
Date d'inscription : 29/08/2008

MessageSujet: C'était il y a 30 ans jour pour jour...   Mar 5 Juil - 15:05

...un certain 5 juillet 1981...

Incontestablement, le grand prix de France 1981 restera dans les annales du sport automobile. En effet c’est sur le circuit de Dijon Prenois qui avait vu la première victoire de Jean-Pierre Jabouille et d’une Renault Turbo deux ans plus tôt, qu’Alain Prost remporta la première victoire de sa carrière en offrant à la RE 30 son premier succès. C’était le dimanche 5 juillet 1981...
30 ans plus tard, on s’en souvient encore…

Les deux semaines qui ont suivi le grand prix d’Espagne ont été l’occasion pour l’équipe Renault-Elf d’effectuer de nombreux essais sur le circuit de Dijon Prenois, qui se trouve être le circuit de prédilection de la RE 30, en prévision du grand prix de France.
La RE 32 d’Alain Prost est redécorée sur le modèle de la RE 33 de René Arnoux. On assiste également à l’apparition, sur la RE 30, d’un nouvel aileron avant avec des dérives aux angles arrondis qui remplacent les anciennes dérives de forme triangulaire. En ce début du mois de juillet, les RE 30 ont fière allure lorsqu’elles s’élancent sur circuit de Dijon Prenois lors de la séance des essais libres du grand prix de France. A noter que la RE 31 sert de voiture de réserve comme pour le grand prix d’Espagne.

Malgré les nombreuses averses intermittentes qui s’abattent sur la piste et les difficultés de réglage des pneumatiques qui en découlent, les RE 30 se portent à merveille et ce sont les deux bolides jaunes et noirs qui dominent les séances d’essais, même si Prost est confronté à des problèmes d’adhérence avec la RE 32. Quant à Arnoux, au volant d’une RE 30 qui file comme l’éclair, ses résultats atteignent enfin le niveau de son talent : il réalise sa première pôle position de la saison aux essais qualificatifs. Il s’agit de la première pôle position de la RE 30 ! Prost parvient tout de même à se classer en troisième position, malgré ses problèmes de tenue de route et du fait d’une pression du turbo inférieure à celle de la RE 33 d’Arnoux. Pour augmenter sa vitesse de pointe, Arnoux avait fait enlever ses deux prises d’air de type« NACA », alors que Prost avait décidé finalement de les faire remettre avant la séance d’échauffement du dimanche matin, en espérant ainsi remédier à son problème de tenue de route.

Néanmoins, dès le départ du grand prix de France, à la surprise générale, la RE 33 d’Arnoux est débordée par la Brabham BT 49C de Nelson Piquet qui s’empare ainsi du commandement. John Watson le suit de loin avec sa McLaren MP4 tandis qu’Alain Prost, au volant de sa RE 32 essaye tant bien que mal de remonter sur lui, sans succès pour le moment. La RE 32 de Prost souffre en effet de deux problèmes : l’un, aérodynamique, l’aileron à porte à faux avant, mal fixé, part dans tous les sens, et l’autre, mécanique, le quatrième rapport de la boîte de vitesse est défaillant ; ce qui fait qu’avec une formule 1 largement plus rapide que les deux voitures de tête, il ne parvient pas à les rattraper. Prost s’efforce alors de ménager la boîte de vitesse de sa RE 32 ; tandis qu’Arnoux, loin derrière, en huitième position est confronté au même problème avec sa RE 33.


Mais à mi-course, des nuages noirs couvrent le ciel de Dijon. Soudain, un violent orage se déclare et la pluie s’abat sur la piste. Au 58ème tour, un rideau d’eau est descendu sur le circuit. C’est pourquoi les organisateurs décident d’arrêter la course, alors que les concurrents n’avaient pas encore parcouru plus des trois quarts de la totalité de la distance à couvrir. Or le règlement stipule que dans ce cas, un deuxième départ doit être donné une fois l’orage passé. La course se disputera donc en deux manches et la victoire sera donnée par addition des temps. Celui qui aura réalisé le meilleur temps des deux manches sera déclaré vainqueur.
Mais Prost est furieux. En effet, il redoute un second départ, car il a peur que la boîte de vitesse de la RE 32 ne vienne à lâcher. Par chance, l’interruption de course dure 45 minutes. Les réparations étant autorisées dans ce cas exceptionnel, Michel Têtu et son équipe d’ingénieurs en profitent pour démonter la boite de vitesse de chacune des deux RE 30, pour débloquer le quatrième rapport. L’aileron avant de la RE 32 de Prost est fixé sur un nouveau support en aluminium. La décision de Gérard Larousse a été également capitale. Prenant en compte le nombre réduit de tour à parcourir (22), il décide avec des techniciens de Michelin de prendre le risque de faire chausser les RE 30 de pneus tendres. Watson prend également le second départ avec sa MP4 chaussée de pneus tendres. Piquet fait en revanche le mauvais choix : il opte pour des pneumatiques à gomme dure.

En effet, à la grande surprise de Nelson Piquet, la pluie s’est arrêtée et la piste a séché. Alain Prost ayant retrouvé l’usage de sa quatrième vitesse et disposant maintenant d’un aileron avant bien fixé, dépasse Watson et Piquet dès les premiers mètres. La RE 32 de Prost prend alors la tête du grand prix de France, tandis qu’Arnoux est toujours privé de l’usage du quatrième rapport de sa boîte de vitesse ; ce qui l’empêche de réaliser un doublé historique. Il ne peut en aucune façon tenter de dépasser Piquet et Watson sans casser sa boîte de vitesse. René Arnoux décide alors, dans ces conditions de lever le pied pour conserver son honorable quatrième place. Mais devant, Watson, au volant d’une MP4 très rapide dans les courbes, remonte sur la RE 32 de Prost et le double, non sans difficulté, car la Renault-Elf rattrape très vite la McLaren dans les lignes droites. C’est alors qu’un magnifique duel s’engage. Prost déboîte d’un seul coup après avoir pris l’aspiration de la voiture de son adversaire et le dépasse sans difficulté, au volant d’une RE 30 au fait de sa puissance. En bouclant son dernier tour, Alain Prost, grandiose, alors qu’il est encore dans la dernière ligne droite, ne peut s’empêcher de contenir sa joie et lève les bras vers le ciel alors qu’il est à plus de 300 km/h, en franchissant pour la première fois la ligne d’arrivée, en tête sous le drapeau à damiers ! Quant à René Arnoux, il réussit à terminer en quatrième position.

Prost et sa RE 30 viennent de réitérer, le 5 juillet 1981, l’exploit de Jabouille et de sa RS 10 à Dijon un certain 1er juillet 1979. Si « le ciel a sauvé Prost » comme se plait à titrer le magazine Sport Auto, on peut également ajouté que c’est la RE 30 et plus particulièrement la RE 32 qui a sauvé Prost ! En effet, ayant pulvérisé le record de Nelson Piquet effectué lors de la première manche, Alain Prost, grâce à la RE 30, est déclaré vainqueur de la deuxième manche et du grand prix de France.
Dijon restera pour toujours, le circuit des Renault Turbo. Le grand prix de France 1981 restera quant à lui, plus que jamais le jour de la première victoire et du triomphe de la RE 30.
Revenir en haut Aller en bas
BCRE30
Pilote de Clio Cup
avatar

Masculin Nombre de messages : 96
Age : 31
Localisation : Ile de France/Seine et Marne
Emploi/loisirs : étudiant/collection d'automobiles miniatures et de figurines/lecture/jeux vidéos/tennis de table
Humeur : excellente
Points : 3292
Date d'inscription : 29/08/2008

MessageSujet: Re: C'était il y a 30 ans jour pour jour...   Mar 19 Juil - 17:38

Personne? Aucune réaction? Crying or Very sad Tant pis, je me sens bien seul tout à coup... Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
 
C'était il y a 30 ans jour pour jour...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chouraqui était chez nous.
» C'était un rendez-vous.
» Et si c'était à refaire, quel serait votre nouveau choix de trike ?
» [Oldies] C'était il y a 30 ans, pourtant il reste la légende des légendes
» Tu était beaucoup trop jeune pour partir ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F1Forum :: Formule 1 :: Histoire de la F1-
Sauter vers: