F1Forum

Pour discuter de l'actualité et de l'histoire du sport automobile (F1 , WRC , NASCAR , GP2 , LE MANS ...)
 
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Portrait #3: Alain Prost par Greg Gouilly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
coy57
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 957
Age : 35
Localisation : 57
Emploi/loisirs : mecanicien auto
Points : 4655
Date d'inscription : 02/06/2008

MessageSujet: Portrait #3: Alain Prost par Greg Gouilly   Lun 2 Juin - 22:42

Lauréat du Volant Elf en 1976, puis auteur d'une domination écrasante en Formule Renault (dans le championnat national puis européen), Alain Prost effectue ses premiers tours de roue fin 1979 sur une McLaren. A l'occasion d'un test comparatif avec l'espoir Kevin Cogan, Prost subjuge le directeur de l'écurie Teddy Mayer en réalisant de meilleurs chronos que John Watson, le pilote titulaire de l'écurie, ce qui lui vaut d'être recruté pour la saison suivante. Dès sa première année, Prost s'affirme comme l'un des pilotes les plus prometteurs de sa génération, mais la médiocrité de son matériel ne lui permet pas de lutter avec les meilleurs. Fin 1980, et malgré l'arrivée chez McLaren d'une nouvelle et ambitieuse équipe dirigeante (avec à sa tête Ron Dennis), Prost rejoint l'écurie française Renault.

En 1981, Prost décroche sa première victoire en F1 à l'occasion du GP de France.


Puis, en 1982, après un début de saison tonitruant, il s'affirme comme le favori pour le championnat. Mais quelques erreurs de jeunesse, ainsi que la fiabilité souvent aléatoire de sa voiture (sans parler de sa rivalité contre-productive avec son équipier René Arnoux) lui font rater un titre pourtant à sa portée. Nouvel échec en 1983, où après une première partie de saison parfaitement maitrisée, il est battu sur le fil par Nelson Piquet et sa Brabham-BMW. Cette défaite est synonyme de divorce brutal avec l'écurie Renault, avec laquelle ses rapports (et notamment avec le directeur sportif Gérard Larrousse) s'était détériorée au fil des mois. Prost laissé libre par Renault, l'écurie McLaren ne laisse pas passer l'occasion de récupérer celui qui malgré ses deux échecs successifs au championnat est alors considéré comme le meilleur pilote du monde.

L'équipe McLaren que Prost retrouve début 1984 n'a plus grand chose à voir avec celle qu'il avait quitté fin 1980. Sous l'impulsion de son directeur général Ron Dennis, du brillant ingénieur John Barnard et du motoriste Porsche, c'est devenu la meilleure écurie du plateau. Dominateur en piste, Prost est pourtant à nouveau défait au championnat. Il s'incline en effet pour un demi-point face à son son équipier Niki Lauda, plus régulier. Mais en 1985, Prost décroche facilement son premier titre mondial, dès l'antépénultième course de l'année à Brands Hatch. Il récidive en 1986 à l'issue d'un final à suspense dans les rues d'Adelaide, lieu de l'ultime manche de la saison, face aux pilotes Williams-Honda (Mansell et Piquet), pourtant mieux armés que lui. En 1987, le déclin des McLaren-TAG Porsche se poursuit, et Prost est cette fois impuissant face aux Williams-Honda. Mais le Français rentre dans l'histoire en remportant au Portugal sa 28e victoire en carrière, battant ainsi le record de Jackie Stewart qui datait de 1973.

En 1988, les McLaren retrouvent de leur superbe en troquant leur moteur TAG-Porsche pour un moteur Honda. Mais cette arrivée du motoriste japonais s'accompagne de celle du jeune prodige brésilien Ayrton Senna, laissant ainsi augurer une formidable rivalité interne. Cette année-là, les pilotes McLaren remportent 15 des 16 épreuves de la saison. Malgré un score total supérieur à celui de Senna, Prost est pourtant battu au championnat, un pilote ne pouvant comptabiliser que ses 11 meilleurs résultats de l'année. Le Français prend sa revanche l'année suivante, dans une ambiance exécrable. Car si les rapports entre Prost et Senna étaient restés cordiaux en 1988 malgré leur rivalité exacerbée en piste et malgré les soupçons de favoritisme de Honda à l'égard de Senna, ils dégénèrent en 1989, suite au non-respect par Senna d'un pacte de non-agression au départ du GP de Saint-Marin, en début de saison. Cet incident va marquer le coup d'envoi d'une escalade verbale entre les deux hommes, savamment relayée par les médias. Prost remporte finalement le titre à l'issue du GP du Japon marqué par son fameux accrochage avec Senna en fin de course, et la disqualification tant controversée du pilote brésilien, qui avait victorieusement repris la piste. Passé chez Ferrari en 1990, Prost retrouve Senna sur sa route et le duel reprend, avec en guise de conclusion un nouvel accrochage sur le tracé de Suzuka au Japon, cette fois dès le premier virage. En expédiant Prost hors-piste, Senna reconquiert le titre mondial.



Toujours chez Ferrari en 1991, Prost n'est pas en mesure de poursuivre son duel avec Senna en raison de la faible compétitivité des voitures italiennes. A la veille de l'ultime manche d'une saison désastreuse et marquée par de nombreux remous politiques internes, Prost est même limogé par la Scuderia. Sans volant interessant pour la saison 1992, et suite à l'échec de ses négociations avec Ligier, Prost s'accorde une année sabbatique avant d'effectuer un retour victorieux chez Williams-Renault en 1993 où il décroche son quatrième titre mondial. Mais, épuisé au terme d'une année au cours de laquelle il n'aura pas été épargné par les critiques (y compris celles de son employeur), Prost préfère tirer sa révérence.



A l'issue de sa carrière de pilote de Formule 1, Prost n'a pas déserté les paddocks. Consultant pour le compte de la chaîne de télévision TF1 (fonction qu'il avait déjà occupée en 1992), Prost a également effectué en 1995 son retour chez McLaren, dans un rôle de conseiller technique et de pilote essayeur.

En février 1997, il rachète l'écurie Ligier à Flavio Briatore et la rebaptise Prost Grand Prix. Pour Prost, c'est la concrétisation d'un vieux rêve. A plusieurs reprises déjà, il avait envisagé de monter sa propre équipe. Un premier projet avait été envisagé courant 1989 (Prost avait finalement décidé de poursuivre sa carrière de pilote et de s'engager avec Ferrari), et de manière plus concrète, il avait été proche de s'investir chez Ligier (à l'époque encore détenue par Guy Ligier) début 1992. Malgré quelques séances d'essais très médiatisées, les négociations n'avaient pas abouti et Prost s'était accordé une année sabbatique.

Mais à l'issue de cinq saisons globalement décevantes, l'écurie Prost Grand Prix est contrainte de fermer ses portes, faute de soutiens financiers par manque de résultats , début 2002.

Après un premier essai concluant en 2003, Prost effectue son retour à la compétition en participant au Trophée Andros 2004 (une série de courses sur glace) au volant d'une Toyota Corolla. Dès sa première saison complète, il remporte plusieurs épreuves et termine deuxième au classement général derrière le spécialiste de la discipline Yvan Muller.

En 2005 il a également repris le volant en catégorie Grand Tourisme associé à Jean-Pierre Jabouille, ainsi qu'à son fils Nicolas Prost.



Victoires en Championnat du monde de formule 1
Année Grand Prix Voiture
1981 France Renault RE30
1981 Hollande Renault RE30
1981 Italie Renault RE30
1982 Afrique du Sud Renault RE30B
1982 Brésil Renault RE30B
1983 France Renault RE40
1983 Belgique Renault RE40
1983 Angleterre Renault RE40
1983 Autriche Renault RE40
1984 Brésil McLaren MP4/2
1984 Saint-Marin McLaren MP4/2
1984 Monaco McLaren MP4/2
1984 Allemagne McLaren MP4/2
1984 Hollande McLaren MP4/2
1984 Europe McLaren MP4/2
1984 Portugal McLaren MP4/2
1985 Mexique McLaren MP4/2B
1985 Monaco McLaren MP4/2B
1985 Angleterre McLaren MP4/2B
1985 Autriche McLaren MP4/2B
1985 Italie McLaren MP4/2B
1986 Saint-Marin McLaren MP4/2C
1986 Monaco McLaren MP4/2C
1986 Autriche McLaren MP4/2C
1986 Australie McLaren MP4/2C
1987 Brésil McLaren MP4/3
1987 Belgique McLaren MP4/3
1987 Portugal McLaren MP4/3
1988 Brésil McLaren MP4/4
1988 Monaco McLaren MP4/4
1988 Mexique McLaren MP4/4
1988 France McLaren MP4/4
1988 Portugal McLaren MP4/4
1988 Espagne McLaren MP4/4
1988 Australie McLaren MP4/4
1989 États-Unis d'Amérique McLaren MP4/5
1989 France McLaren MP4/5
1989 Angleterre McLaren MP4/5
1989 Italie McLaren MP4/5
1990 Brésil Ferrari 641
1990 Mexique Ferrari 641
1990 France Ferrari 641
1990 Allemagne Ferrari 641
1990 Espagne Ferrari 641
1993 Afrique du Sud Williams FW15C
1993 Saint-Marin Williams FW15C
1993 Espagne Williams FW15C
1993 Canada Williams FW15C
1993 France Williams FW15C
1993 Angleterre Williams FW15C
1993 Allemagne Williams FW15C
Revenir en haut Aller en bas
http://coy57.skyrock.com/
 
Portrait #3: Alain Prost par Greg Gouilly
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le retour d'Alain Prost ???
» Alain Prost se "recycle"...
» Alain Prost
» Alain Prost
» Alain Prost avec un Dacia Duster au Trophée Andros

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F1Forum :: Formule 1 :: Histoire de la F1-
Sauter vers: