F1Forum

Pour discuter de l'actualité et de l'histoire du sport automobile (F1 , WRC , NASCAR , GP2 , LE MANS ...)
 
AccueilFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Portrait #1: Ayrton Senna par Greg Gouilly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
coy57
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 957
Age : 35
Localisation : 57
Emploi/loisirs : mecanicien auto
Points : 4710
Date d'inscription : 02/06/2008

MessageSujet: Portrait #1: Ayrton Senna par Greg Gouilly   Lun 2 Juin - 22:39

Comment peut-on créer un forum et ses prtraits sans commencer par Magic Senna. Non par pure démagogie de ma part (tiens, commencçons par celui qui a perdu la vie en 1994) mais par pure mystère. Oui, Ayrton Senan Da Silva suscite encore l'interrogation, le mystere même 12 ans apres sa mort sur le circuit d'Imola.

Ayrton Senna est né le 21 mars 1960, à Sao Paulo, de Neyde et Milton Guirado Theodoro Da Silva.
La famille compte déjà une fille, Viviane, et s’agrandit plus tard d’un autre fils, Leonardo. C’est à l’âge de quatre ans qu’Ayrton Senna fait sa première rencontre avec un volant, lorsque son père lui offre un kart qu’il a lui même fabriqué.
A dix ans, Ayrton reçoit son premier vrai kart, mais il doit attendre ses treize ans pour participer à une compétition. C’est sur la piste d’Interlagos qu’il effectue sa toute première course de kart qu’il remporte. Cette année là, il gagne tout.
En 1977, il devient Champion d’Amérique du Sud. Titre qu’il conserve en 1978.
De 1978 à 1981, il remporte quatre fois le titre de Champion du Brésil et 2 fois celui de Vice-Champion du Monde de kart derrière le hollandais Peter Koene en 1979 et 1980.



Sa rencontre avec une monoplace remonte à la fin de 1980. C’est une Formule Ford 1600 de l’écurie Van Diemen, avec laquelle il signe un contrat pour la saison suivante.
En 1981, il dispute trois Championnats Britanniques de Formule Ford 1600.
Ayrton Senna Da Silva étant un nom trop complexe à prononcer pour des mécaniciens anglais, on le surnommait “Harry”. Avec 12 victoires en 21 épreuves, il remporte cette année là le Championnat Townsend Thoresen de Formule Ford 1600. Le plus réputé. Mais derrière cette façade, tout n’est pas rose.

Le 31 août, après avoir remporté sa sixième victoire d’affilée, il surprend tout le monde en répondant : “J’arrête de courir, je retourne au Brésil.Jusqu’à présent, la compétition restait pour moi un plaisir sans contrainte. Malheureusement, pour progresser, le talent ne suffit plus. Et je n’ai pas envie de passer mon temps à rechercher des sponsors. De plus, il me faut choisir entre les intérêts familiaux et la course”.
De fait, après deux courses disputées en septembre, Ayrton Senna repart au Brésil. De retour au pays, Ayrton entreprend des études d’économie et démarre une vie bien rangée d’homme d’affaires aux côtés de son père. Mais, au fil des semaines l’appel du volant devient de plus en plus présent, jusqu’à ce qu’Ayrton décide de persévérer dans le sport automobile et de retourner en Angleterre. Ce retour a lieu en mars 82. C’est en Formule Ford 2000, qu’Ayrton démarre sa nouvelle carrière.
Il n’a encore jamais roulé avec des ailerons, ni avec des pneus slicks pour monoplaces, pourtant il remporte sa première épreuve à Brands Hatch. Elle est suivie de 22 victoires, sur 27 courses.


En 1983, c’est la rencontre avec Dick Bennets, dirigeant de l’écurie de Formule 3 West Surrey Racing. La saison est conclue entre eux et démarre avec la victoire des neufs premières courses. Ayrton commence à faire parler de lui sérieusement, ce qui déclenche des offres des team-managers de F1. Senna se rapproche alors de Frank Williams et lui demande conseil. Williams, faute de pouvoir l’engager, lui fait la plus belle des réponses en l’invitant à essayer une de ses voitures. Senna effectue donc 70 tours sur la voiture de Rosberg en juillet 1983. Il en restera longtemps reconnaissant à Frank Williams. Il faudra pourtant que dix ans s’écoulent avant qu’il ne conduise à nouveau une Williams.
Il essaye aussi la Brabham, la McLaren et la Toleman. Il remporte le titre de Champion Britannique de F3. Selon Dick Bennets, qui a vu passer dans son écurie des pilotes tels que Hakkinen, Barrichello, Rosberg ou Lauda, Ayrton Senna est de loin le meilleur.

C’est Toleman qu’Ayrton choisit finalement pour effectuer ses débuts en F1. Le contrat est ainsi signé avec Alex Hawkridge. Il porte sur trois ans, mais Ayrton Senna se ménage toutefois une porte de sortie...


Son statut changea soudainement à l'occasion du GP de Monaco 1984, le cinquième GP de sa carrière. Alors que des trombes d'eau s'abattaient sur la Principauté et mirent en déroute la plupart des tenors, Ayrton Senna livra une prestation de toute beauté. Parti du fond de grille, il était sur les talons du leader Alain Prost lorsque la course fut stoppée pour raisons de sécurité. Cette performance lui valut de voir à nouveau affluer les offres des plus grandes équipes. Fin 1984, il rejoignit ainsi l'écurie Lotus-Renault.


Chez Lotus, au sein d'une équipe capable de jouer régulièrement la victoire, Senna confirma immédiatement son potentiel en remportant en début de saison le GP du Portugal disputé sous le déluge. Plus tard dans l'année, c'est sur le très sélectif tracé de Spa-Francorchamps qu'il remporta sa deuxième victoire. Chez Lotus, Senna était particulièrement apprécié car outre ses qualités de pilotage, il faisait preuve d'une acuité rare dans le dialogue technique avec les ingénieurs. En 1986 et 1987, Senna continua de jouer les premiers rôles en F1, décrochant au passage sa première victoire à Monaco (ainsi que la dernière victoire de l'écurie Lotus au volant de la Lotus 99T), mais sans parvenir à véritablement prétendre au titre mondial, l'écurie Lotus apparaissant un peu limitée face aux deux grosses équipes qu'étaient Williams et McLaren.



En 1988, la carrière de Senna prit une nouvelle dimension avec son arrivée (conjointement à celle du motoriste Honda) chez McLaren. Pour Senna, l'arrivée chez McLaren marqua aussi le début de sa grande rivalité avec Alain Prost, son nouvel équipier, et alors considéré comme le meilleur pilote du monde. 1988 fut la saison de la consécration pour Senna puisqu'il remporta son premier titre mondial. Titre décroché au GP du Japon à l'occasion de l'avant-dernière épreuve du championnat à la suite d'une folle remontée rendue nécessaire par un départ complètement manqué.

En 1989, Prost prit sa revanche sur Senna. Mais autant la saison 1988 avait été celle de l'entente cordiale entre les deux équipiers, autant 1989 fut celle de la polémique. En 1988, il avait été certes question du traitement de faveur des motoristes de Honda en direction de Senna au détriment de Prost, et Senna s'était rendu coupable d'une manœuvre dangereuse sur Prost lors du GP du Portugal, mais cela n'avait pas entaché les rapports entre les deux hommes. Changement d'atmosphère dans les jours suivant le GP de Saint-Marin 1989. Prost accusant Senna de ne pas avoir respecté un pacte au départ du GP (les deux hommes s'étaient mis d'accord pour ne pas s'attaquer au premier virage, afin de ne pas risquer un accrochage bête), le patron de McLaren, Ron Dennis, entreprit de réunir les deux hommes quelques jours plus tard à l'occasion d'une séance d'essais privés en Angleterre pour regler le différent. Prost révéla à la presse française que sermonné par Ron Dennis, Senna avait pleuré lors de cette réunion, déclenchant la fureur du Brésilien.

Les rapports ainsi envenimés entre les deux hommes aboutirent à l'accrochage du GP du Japon 1989 en fin de saison. Prost répliqua à une tentative de dépassement de Senna en le tassant à l'entrée d'une chicane, provoquant l'accrochage. Reparti en court-circuitant la chicane, Senna remporta la course (victoire synonyme d'espoirs retrouvés dans la lutte pour le titre) mais fut disqualifié.

Prost parti chez Ferrari en 1990, la lutte reprit de plus belle entre les deux hommes et aboutit sur un nouvel accrochage, toujours à Suzuka. Irrité que l'auteur de la pole-position (c'est à dire lui-même) soit placé sur le côté poussiereux de la piste, Senna eperonna volontairement Prost à l'abord du premier virage, à haute vitesse, s'octroyant ainsi son deuxième titre mondial. Simple revanche de l'accrochage de 1989 pour les uns, manœuvre folle et anti-sportive pour les autres, l'accrochage de 1990 acheva de faire de Senna l'un des pilotes les plus controversés de son temps.

En 1991, malgré la montée en puissance des Williams-Renault, Senna décrocha un troisième titre mondial. Mais en 1992, il ne fut pas en mesure de résister à l'invincible Mansell, pas plus qu'en 1993 face à Prost, à son tour au volant de la Williams-Renault. Mais malgré un matériel qui en en 1993 n'était pas le plus compétitif du plateau (Mclaren avait troqué les V12 Honda pour un V8 Ford), Senna livra quelques éclaboussantes démonstrations de pilotage, la plus célèbre d'entre elles ayant eu lieu sous la pluie de Donington, où Senna dépassa quatre voitures (dont celle de Prost) lors d'un premier tour d'anthologie.


Après avoir vainement tenté de rejoindre Williams-Renault fin 1992 (Prost qui venait de signer dans cette écurie opposa son veto à la venue de Senna, lequel menaça de rejoindre les compétitions américaines avant de finalement disputer une ultime saison pour le compte de McLaren), Senna rejoignit l'écurie franco-anglaise fin 1993, Prost ayant pris sa retraite. Présenté comme le grand favori du championnat 1994, l'histoire tourna pourtant au drame. Au volant d'une voiture plus rétive que prévue, Senna dut subir la loi de Michael Schumacher à l'occasion des deux premières courses de la saison. Lors de la troisième course, disputée sur le tracé d'Imola en Italie le 1er mai 1994, il perdit le contrôle de sa monoplace dans la courbe rapide de Tamburello avant d'aller heurter un mur de béton avec une rare violence. Après avoir subi des soins d'urgence à même la piste, Senna fut héliporté à l'hôpital Maggiore de Bologne où sa mort fut officiellement prononcée en fin d'après-midi.

Les raisons de l'accident d'Ayrton Senna n'ont jamais été élucidées. L'hypothèse la plus répandue est celle d'une rupture de la colonne de direction. Senna avait lui-même exigé quelques jours avant le drame que cette colonne soit reconçue de manière à améliorer son confort de pilotage. La modification ayant été réalisée dans l'urgence,une mauvaise soudure aurait donc été la cause de la rupture de la colonne de direction. Cela valu aux principaux responsables de l'écurie Williams (Frank Williams le propriétaire de l'écurie, Patrick Head, le co-propriétaire et directeur technique de l'écurie, et Adrian Newey, le concepteur de la voiture) d'être traduit devant la justice italienne. Mais à l'issue d'une longue procédure de près de dix années, la justice prononça l'acquittement des divers intéressés.

D'autres hypothèses ont été avancées, parfois farfelues (un malaise de Senna, qui avait l'habitude de piloter en apnée sur de longues portions), parfois plus intéressantes, comme celle qui évoque une chute de la pression des pneumatiques (due à un possible passage sur un débris présent sur la piste, où tout simplement en raison de la baisse de rythme consécutive aux nombreux tours couverts sous safety-car juste avant le drame). La baisse de pression de pneus aurait alors entraîné une baisse de la garde au sol de la voiture. Cette dernière, au passage d'une bosse, aurait talonné (le fond-plat de la voiture venant directement au contact de la piste, la voiture est privée de l'adhérence générée par l'effet de sol, se retrouve transformée en luge, et devient incontrolable), expédiant Senna hors-piste.

Seul son co-équipier de l'époque, Damon Hill, a osé évoquer une possible faute de la part de Senna. Il ne s'agirrai pas d'une faute de pilotage mais d'une trop grande prise de risque. En effet durant les essais, Senna aurait conseillé à Hill de ne pas trop passer à l'intérieur de la trajectoire de la courbe du tamburello du fait des nombreuses bosses. Leur Williams ayant une garde au sol et un debattement de suspension assez faible, elle les supportait mal. Pourtant pendant la course, Senna prit l'intérieur de cette courbe. Cela peut s'expliquer par le contexte : Senna avait déjà 20 points de retard sur Schumacher au championnat, et selon Prost, il soupconnait la Benetton de l'allemand d'avoir un anti-patinage illégal. Senna aurait donc pris un risque avec sa Williams mal née pour essayer de creuser l'écart sur Schumacher. De là sa voiture aurait talonné en "effet surf" (comme décrit plus haut) et l'aurait projeté dans le mur.


Issu d'un milieu aisé, lui-même rapidement multi-millionnaire, Senna n'en était pas mois préoccupé par les graves difficultés économiques et sociales de son pays. Finançant pendant plusieurs années des oeuvres charitatives, Senna avait commencé à la fin de sa vie à réfléchir à un projet de plus grande envergure visant à aider les enfants les plus démunis. Senna disparu, c'est sa sœur Viviane Senna Lalli qui a concrétisé les projets du pilote brésilien, en mettant sur pied la Fondation Ayrton Senna, un organisme qui met en place des projets éducatifs pour les enfants les plus démunis, notamment par la pratique régulière du sport l'après midi après avoir été en classe le matin. Selon Viviane, il s'agit non seulement d'apprendre aux enfants à respecter des regles et le fair-play, mais aussi de les "fatiguer" pour qu'ils aillent se coucher tôt le soir et eviter qu'ils trainent dans les rues peu sures des favelas.
Revenir en haut Aller en bas
http://coy57.skyrock.com/
 
Portrait #1: Ayrton Senna par Greg Gouilly
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ayrton SENNA
» 1er Mai en souvenir de Ayrton Senna Da Sylva ...
» Les exploits d’Ayrton Senna
» Ayrton Senna da Silva - Hommage...
» Ayrton Senna

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
F1Forum :: Formule 1 :: Histoire de la F1-
Sauter vers: